La symbolique, pas plus que les croyances populaires, ne font de différence entre le lièvre et le lapin. Pour certaines civilisations anciennes, le lièvre était un « animal de la lune » car les taches sombres que l’on peut voir sur le disque lunaire ressemblent à un lièvre en pleine course.

Encyclopédie des symboles

(sous la direction de Michel Cazenave, La Pochothèque,1996)


auteur-éditeur : www.remy-leboissetier.fr

lundi 21 février 2011

Musiques des Sayyids et des Derviches, Gurdjieff - De Hartmann - Alain Kremski, piano [Naïve, 2001]

Volume 5 d’une série qui au total en compte 12 (devenue hélas largement indisponible ou coûteuse), ce disque présente 19 miniatures, extraites d’un corpus musical "récolté" par Georges Ivanovitch Gurdjieff (1877-1949) au cours de ses voyages, et transcrites pour le piano par Thomas de Hartmann (1885-1956).

Extraits du livret :

Est-il une musique qui fasse tressaillir la terre, pousser la végétation, guérir les maladies, qu’elles soient du corps, du sentiment ou de la pensée – une musique qui réjouisse les "sphères", émeuve les galaxies ?

Au plus profond de son désir, de sa quête, ce sont ces questions essentielles qui ont piloté Georges Ivanovitch Gurdjieff et ses "Chercheurs de Vérité" au cours des vingt ans de sa vie cachée, dans les villes, dans les vallées perdues, parmi le grouillement secret des confréries, des temples, des ashrams et des monastères, que ce soit en Égypte, au Caucase, le long de la rivière Amou-Daria, à Samarcande, Tachkent, par le flanc nord de l’Himalaya, jusqu’au désert de Gobi… à travers huit fuseaux horaires, soit le tiers de la planète ?

Gurdjieff jouait un thème sur son "petit instrument", une sorte d’harmonium, - un clavier et du "vent" et, pendant des années, sous son influence, Thomas de Hartmann, musicien réputé, de formation classique, a transcrit, adapté, "harmonisé" ces thèmes, pour les rendre compatibles avec les instruments musicaux disponibles chez nous.

Bruno De Panafieu (auteur d’une monographie de Gurdjieff, éditions L’âge d’homme)

A ces deux hommes s’ajoute ici un interprète de choix, le pianiste Alain Kremski, qui a orchestré toutes les danses sacrées et les parties chorales du film de Peter Brook, Rencontre avec des hommes remarquables, adapté du livre autobiographique de Gurdjieff. Il a aussi composé plusieurs œuvres pour cloches anciennes, cymbales tibétaines et gongs, qu’il a jouées en concert dans les plus grands festivals internationaux. Ouvert aux courants spirituels et artistiques de l’Orient et de l’Occident, Alain Kremski nous dit :
Ces musiques, belles, limpides, d’une grande simplicité intérieure, ont quelque chose d’indéfinissable, de spécial… Avec elles, nous commençons à voyager dans des pays inconnus et pourtant étrangement familiers.

 


Votre lièvre précieux ne peut que confirmer cette appréciation – en toute simplicité intérieure -, sans autre commentaire, si ce n’est  celui-ci : que ces musiques "portatives" (et notamment celles de ce volume 11, à présent usé jusqu’à la corde !), qui s'adaptent à tous modes de transports, ont accompagné plus d'une fois les longues heures d’étude de ses voyages immobiles.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Si vous souhaitez adresser quelques carottes au LL ou au contraire, lui donner un coup de bâton sur le râble, ce formulaire vous est dans les deux cas destiné :