La symbolique, pas plus que les croyances populaires, ne font de différence entre le lièvre et le lapin. Pour certaines civilisations anciennes, le lièvre était un « animal de la lune » car les taches sombres que l’on peut voir sur le disque lunaire ressemblent à un lièvre en pleine course.

Encyclopédie des symboles

(sous la direction de Michel Cazenave, La Pochothèque,1996)


auteur-éditeur : www.remy-leboissetier.fr

vendredi 28 octobre 2011

Tsuki Hyakushi [Cent aspects de la Lune]

Maître des arts graphiques japonais, Tsiukoka Yoshitoshi (1839-1892) entre à l’âge de 11 ans dans l’atelier de Utagawa Kuniyoshi, dont il devient l’un des principaux assistants. Il signe sa première œuvre à 14 ans et dans les années 1860, produit des estampes au caractère violent, tant dans les sujets que le graphisme. Le succès lui vient en 1865 avec une série intitulée Cent histoires de fantômes de la Chine et du Japon. Certaines planches, pleines de cruauté, confinent au sadisme et ne sont pas sans rapport avec l’état psychologique du dessinateur.
En 1872-1873, Yoshitoshi est hospitalisé pour une dépression nerveuse puis il reprend son travail, mais dans une voie et un style différents : graphisme plus épuré, couleurs plus diversifiées et moins agressives.
Dans les années suivantes, il travaille pour la presse. Sa vie se stabilise (en 1884, il épouse une ancienne geisha et adopte son fils de quinze ans, qui deviendra lui-même dessinateur). Durant la dernière période de sa vie, Yoshitoshi donne sa production la plus remarquable, dont une série intitulée Cent aspects de la lune, qui constitue l’un des plus grands succès de l’estampe du Japon.

Tsiukoka Yoshitoshi meurt le 9 juillet 1892, peu de temps après avoir livré les dernières planches de cette série.
Résumé biographique établi avec l’aide de

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Si vous souhaitez adresser quelques carottes au LL ou au contraire, lui donner un coup de bâton sur le râble, ce formulaire vous est dans les deux cas destiné :