La symbolique, pas plus que les croyances populaires, ne font de différence entre le lièvre et le lapin. Pour certaines civilisations anciennes, le lièvre était un « animal de la lune » car les taches sombres que l’on peut voir sur le disque lunaire ressemblent à un lièvre en pleine course.

Encyclopédie des symboles

(sous la direction de Michel Cazenave, La Pochothèque,1996)


auteur-éditeur : www.remy-leboissetier.fr

mercredi 19 octobre 2011

Partition rouge [éditions du Seuil, 1988]

On retrouve dans le livre Partition rouge, poèmes et chants des indiens d’Amérique du nord (traduits et présentés par Jacques Roubaud et Florence Delay) une variante plus moderne (qui est en même temps un commentaire sur la tradition du conte) du récit des indiens Winnebagos et du trickster Coyote :

La figure centrale est Coyote et non le Grand Lièvre, mais Coyote ne ressemble pas au coyote, ce serait trop simple... À quoi ressemble-t-il ? à rien. Il change tout le temps : "il a été Lièvre, Corbeau, Geai-Bleu, Wichikapache et, Nanabush, Nanabozho, Ni’hança ou Iktomé, l’Homme-Araignée des Sioux, si fourbe et grand danseur qu’après avoir roulé le monde il s’enroule lui-même en petite boule à huit jambes et le long d’un fil disparaît, impuni, tel l’Homme Blanc."

"Ce jour-là il avait recommandé à son petit frère Cul de surveiller la cuisson des canards. Il les avait égorgés par traîtrise, avec un truc chamanique. Comme il dormait, il n’a pas entendu les messages re-pétés. Au réveil, découvrant son repas brûlé (ou volé, il existe des centaines de versions) il a puni son cul en lui enfonçant dans l’œil un tison enflammé. Naturellement c’est lui-même qu’il a brûlé, mais ce jour-là les indiens ont appris à manger la viande de deux façons : cuite sous la cendre ou rôtie.

 
Wakdjunkaga (ou Wichikapache) se remet en marche...

Sur la route, éternellement en train de marcher, même dans ses rêves, il rencontre des morceaux de chair délicieux. Il s’en régale avant de s’apercevoir horrifié que ce sont ses propres entrailles qu’il avait brûlées. Alors il les attache. Les attachant, il les comprime tellement que des rides et des plis se forment. Voilà pourquoi le cul des humains a la forme qu’il a."

Coyote invente tout. Faux chef. Grand CHEF. Grand Mystère. Premier né. Premier artisan. Responsable des choses telles qu’elles sont. Grand-Père de Tous. Farceur. Tricheur. Créateur qui gâche tout.

Coyote a créé le monde mais à peine l’a-t-il créé qu’il le détruit. Bienfaiteur. Idiot. Ne sachant pas distinguer la partie du tout, ce qui est à lui de ce qui est à l’autre, jonglant avec ses yeux. Tout le temps en morceaux. Et ressuscitant.

Vieux Coyote ! Rien n’est sacré pour lui. Il trompe, il bat, il vole, il viole, il tue, pour assouvir le moindre désir… Montrant ce qu’il ne faut pas faire en le faisant. Par l’envers confirmant la loi.


 
Coyote est la plus ancienne créature du Créateur : le conte.






Photographies New York Librairy :
Indiens Navajos sortant de l'obscurité
Canyon de Chelly (vers 1904)


 

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Si vous souhaitez adresser quelques carottes au LL ou au contraire, lui donner un coup de bâton sur le râble, ce formulaire vous est dans les deux cas destiné :