La symbolique, pas plus que les croyances populaires, ne font de différence entre le lièvre et le lapin. Pour certaines civilisations anciennes, le lièvre était un « animal de la lune » car les taches sombres que l’on peut voir sur le disque lunaire ressemblent à un lièvre en pleine course.

Encyclopédie des symboles

(sous la direction de Michel Cazenave, La Pochothèque,1996)


auteur-éditeur : www.remy-leboissetier.fr

lundi 3 septembre 2012

Saraghina Rumba !

Eddra Gale et Barbara Steele
A l’occasion de la rentrée scolaire et de la question de la « morale laïque » (vaste sujet de discussion), rien de tel pour réchauffer les cœurs que de revoir la séquence de la Saraghina du film 8½ de Federico Fellini, réalisé en 1963. La déesse plantureuse, démoniaque et aphrodisiaque, interprétée par Eddra Gale (1921-2001), nous ramène à des temps d’innocence qui nous apparaissent aujourd’hui quasiment préhistoriques.

« Je souhaite pour l’école française un enseignement qui inculquerait aux élèves des notions de morale universelle, fondée sur les idées d’humanité et de raison. La république porte une exigence de raison et de justice. La capacité de raisonner, de critiquer, de douter, tout cela doit s’apprendre à l’école », a souligné Vincent Peillon, notre nouveau ministre de l’Éducation. Et d’ajouter : « Le redressement de la France doit être un redressement matériel mais aussi intellectuel et moral ».

Son prédécesseur Luc Chatel a sans doute raison de s’insurger, à propos de « redressement intellectuel et moral », expression reprenant mot pour mot l’appel du maréchal Pétain ! Bref, on ne peut nier qu’il y a un vrai malaise dans l’éducation, reflet des difficultés sociales d’une civilisation quelque peu en déroute, mais on discerne aussi dans tout ça une forte odeur politico-démagogique (avec une pincée de populisme). Et le plaisir dans tout ça ? Nous n’insisterons jamais assez sur le « gai savoir », le besoin de transgression, la fonction stimulante de l’interdit…Et la capacité de déraisonner. Voire, d’imaginer d’autres formes de gouvernements, a contrario de la logique médiocratique de masse. Une véritable « médiacritique », pour commencer ?



La corruption de la matière impose en premier lieu de réglementer et empêche en dernière limite d’interdire. Dans la conduite des plaisirs, hélas, la moralité veut toujours nous soumettre, pour des questions de sécurité routinière, à sa raison particulière, ignorant le plan général de l’éthique.

Rémy Leboissetier, Il ou Elle, Maximes et Mixtures, vol. 8

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Si vous souhaitez adresser quelques carottes au LL ou au contraire, lui donner un coup de bâton sur le râble, ce formulaire vous est dans les deux cas destiné :