La symbolique, pas plus que les croyances populaires, ne font de différence entre le lièvre et le lapin. Pour certaines civilisations anciennes, le lièvre était un « animal de la lune » car les taches sombres que l’on peut voir sur le disque lunaire ressemblent à un lièvre en pleine course.

Encyclopédie des symboles

(sous la direction de Michel Cazenave, La Pochothèque,1996)


auteur-éditeur : www.remy-leboissetier.fr

lundi 21 novembre 2011

Chan Chu, le crapaud dans la Lune [Chine]


Chan Chu, le crapaud à trois pattes est l’ami et le compagnon fidèle du lièvre lunaire. Sur leur astre, ils pilent à tour de rôle l’élixir d’immortalité… La mort de la mort est dans le mortier !

La lune et le crapaud

Selon la légende, on voit parfois Chan Chu à la pleine lune, à l’endroit que la chance s’apprête à visiter. Son aspect lunaire est symbolisé par la constellation à sept étoiles et la patte en moins, trois pattes correspondant aux trois phases de la lune. D’après le mythe, Chan Chu est un aspect de la magnifique déesse lunaire Chang-e. Elle était l’épouse de Hou-Yi, un archer surnaturel qui avait reçu de la reine mère du Paradis Occidental un élixir d’immortalité. La substance était un présent destiné à aider Hou Yi à toujours protéger les mortels contre les problèmes cosmiques. Chang-e n’avait cure des problèmes cosmiques. Après tout, qui plus qu’elle, la plus belle femme du monde, méritait l’immortalité ? L’arrogante Chang-e s’empara de l’élixir, le serra dans son giron et s’enfuit jusqu’à la lune. La reine mère de l’Ouest, que le vol avait mise en rage, changea Chang-e en ce qui est peut-être aux antipodes de la beauté humaine : un crapaud. Et c’est là qu’elle vit toujours, selon l’histoire, amphibien boursouflé, à jamais condamné à sans cesse mélanger ce remède ultime : l’élixir de la vie éternelle.

Un deuxième mythe

Le crapaud est l’animal domestique de Liu Hai, un sorcier et alchimiste Tao. Chan Chu lui sert de tapis volant vivant. Il voyage sur Liu Hai par ci, par là, partout dans le monde, ou autant qu’on sache, dans la galaxie, le passé et le futur. Mais les deux compagnons ont un problème. Alors que la plupart des crapauds sont des animaux terriens, certains apprécient à l’occasion les plaisirs balnéaires, les petites vacances aquatiques. Quand Chan Chu est pris d’une envie de repos et de récréation, il laisse son vieil ami pour aller se cacher dans des puits profonds. On ne peut l’en faire sortir qu’en l’amadouant avec des pièces d’or étincelantes, que Liu Hai agite devant lui au bout d’un fil. Chan Chu mord à l’appât, Liu Hai remonte le fil et ils repartent dans leur périple habituel à travers le ciel.

On trouve des icônes des deux compagnons dans les boutiques partout en Chine. Liu Hai est en équilibre sur le dos d’un énorme crapaud, au ventre gonflé comme il se doit, occupé à agiter des pièces d’or, l’air ravi, heureux de ses vertigineux voyages et de son travail gratifiant. Dans la Chine moderne, depuis longtemps séculière et, depuis peu, puissante, il est difficile de savoir le nombre de gens qui  continuent à honorer  les vieilles idoles. Mais Chan Chu et son compagnon de vol restent des porte-bonheur très populaires. Leur taille varie de celle d’un pendentif à celle d’un enfant de deux ans, leur matière du jade luisant aux métaux vils que connaissait déjà l’alchimiste du dixième siècle Liu-Hai.

Un crapaud, deux bonnes histoires

Il est possible que ces deux mythes, le lunaire et l’aérien, proviennent d’anciennes croyances concernant le clan Bufo, sur terre depuis l’époque où les dinosaures faisaient trembler le sol. On appliquait, à des fins médicales, de la graisse de crapaud, extraite de leur peau, sur les plaies et les urticaires. Certains extraits étaient utilisés comme analgésiques puissants, d’autres, comme aphrodisiaques. Chaque année en mai, des courses de bateaux dragons ont lieu dans les régions pour décourager les maladies qui viennent avec la saison chaude. Les participants convoquent les "cinq poisons" traditionnels pour qu’ils apportent leur protection contre la pestilence : le scorpion, l’araignée, le serpent, l’abeille et le crapaud. Les animaux sauteurs et les animaux bondissants sont aussi des symboles de longévité, comme le sont les pins, les pêches, les calebasses et certains champignons. Certaines toxines du crapaud ont des effets hallucinogènes : elles donnent à ceux qui les consomment la nette sensation de voler.
Le lecteur attentif, voire le lecteur qui se serait un instant assoupi, notera que les deux mythes se contredisent l’un l‘autre. Soit notre crapaud est sur la lune occupé avec son mortier et son pilon, soit il est le splendide coursier de Liu Hai. Sachez apprécier ces deux impossibilités qui s’éloignent des confins de la réalité. Plus l’histoire est absurde, plus elle nous ravit.

Barbara Stacy (traduction de Hélène Hory)

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Si vous souhaitez adresser quelques carottes au LL ou au contraire, lui donner un coup de bâton sur le râble, ce formulaire vous est dans les deux cas destiné :