La symbolique, pas plus que les croyances populaires, ne font de différence entre le lièvre et le lapin. Pour certaines civilisations anciennes, le lièvre était un « animal de la lune » car les taches sombres que l’on peut voir sur le disque lunaire ressemblent à un lièvre en pleine course.

Encyclopédie des symboles

(sous la direction de Michel Cazenave, La Pochothèque,1996)


auteur-éditeur : www.remy-leboissetier.fr

vendredi 16 septembre 2011

Le Lapimpochon


Le lapimpochon est un animal assez enjoué qui se déplace au gré du vent, espèce familière dont on annonce cependant régulièrement la disparition. On le rencontre un peu partout, son corps mouvant s’adapte à tous les terrains, lui permettant de s’accrocher aux grilles, se suspendre aux branches des arbres et arbustes, mais aussi se coller au sol et s’y enfouir, le plus souvent dans les zones de détritus. Présent en campagne aussi bien qu’en ville, en plaine, en montagne, à la plage et même dans les fonds marins, le lapimpochon s’accompagne généralement d’une harde, les uns sont transparents tandis que certains autres portent un pelage opaque, de couleurs variées, estampillés de marques diverses (qui soulignent leur appartenance à des grands centres de lapimpochonneries). Le Lapimpochon a une durée de vie assez longue, mais n’oppose en principe qu’une faible résistance au chasseur. C'est même une proie facile pour les véritables "nettoyeurs" qui se voient parfois en groupes organisés, munis d’ustensiles préhensiles et gants de protection. Est-ce à dire que le lapimpochon est dangereux ? Non, il n’est pas méchant en soi, mais indirectement par son contenu car il se nourrit de matières parfois dangereuses pour l’homme, d’aliments avariés, de produits toxiques. Il vaut mieux donc vérifier, avant capture, que son ventre soit vide. Toutefois, l’animal est encore largement utilisé et recherché pour sa peau étanche et légère, simple à porter, qui reste d’un bon rapport qualité-prix. Bien qu’il puisse s’adapter à la vie sauvage, on peut dire que le lapimpochon fait partie des animaux domestiqués depuis de longues décennies (c’est un animal jeune, à l’échelle temporelle des autres animaux et celle de l’humanité). Certaines personnes ont une tendresse particulière pour les lapimpochons, les gardant au chaud dans un panier, dans un placard, un quelconque abri. L’un d’eux parfois disparaît (mais ils se reproduisent assez rapidement) tandis que d’autres peuvent jouir d’une longue existence, jusqu’à fatal émiettement. Au sujet de celle-ci, elle s’oppose à ce que nous considérons comme une vie "bien remplie". En effet, et c’est là une règle absolue, pour préserver son existence, le lapimpochon se doit de rester en état de jeûne : aussitôt gavé (de matières diverses, comme nous l’avons dit, et rarement nobles), il cesse d’intéresser et se voit rapidement détruit. On fait habituellement sacrifice de lapimpochons le soir, en les stockant dans des conteneurs, où des prêtres revêtus d'habits fluorescents sont chargés de les exterminer sans ménagement. Suivant la tendance humaine des rites funéraires, on se refuse de plus en plus à l’enfouissement de leur corps, préférant l’incinération. Preuve que le lampimpochon est un compagnon fidèle de l’homme, dans la vie comme dans la mort.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Si vous souhaitez adresser quelques carottes au LL ou au contraire, lui donner un coup de bâton sur le râble, ce formulaire vous est dans les deux cas destiné :