La symbolique, pas plus que les croyances populaires, ne font de différence entre le lièvre et le lapin. Pour certaines civilisations anciennes, le lièvre était un « animal de la lune » car les taches sombres que l’on peut voir sur le disque lunaire ressemblent à un lièvre en pleine course.

Encyclopédie des symboles

(sous la direction de Michel Cazenave, La Pochothèque,1996)


auteur-éditeur : www.remy-leboissetier.fr

samedi 23 juillet 2011

Louis de Gonzague Frick [1883-1959]

Poète, Dandy, grand ami d’Apollinaire (ils se sont connus au collège St Charles à Monaco), Louis de Gonzague Frick se passionne pour l’occultisme, l’alchimie... Il participe aux mouvements d’avant-garde : symbolisme, cubisme, orphisme… et fonde, par jeu, un mouvement, le Lunanisme et son école poétique du Lunain. On lui doit aussi un groupuscule éphémère, le Druidisme dont il était à la fois le prêtre et le fidèle.
Il participa à de nombreuses revues, La Phalange, L’Intransigeant, Comoedia, et soutint certains membres du Surréalisme, notamment Robert Desnos. Son nom apparaît dans La Révolution surréaliste en réponse à l’enquête sur l’amour (N°12, décembre 1929).
Il servit de modèle à Roland Dorgelès pour le personnage de Crécy-Gonzalve dans son roman Le cabaret de la Belle-Femme et apparaît dans le film de Jean Vigo, Zéro de conduite (1933).

Ses ouvrages publiés :

Trèfle à quatre feuilles, 1915
Sous le Bélier de Mars, 1916
Girandes, 1919
Poetica, 1929 (ce volume réunit les trois recueils de poèmes précédents, augmentés de quelques inédits)
Vibones, 1932 (avec une eau-forte de Jacques Villon)
Ingrès, 1935
Quantité discrète, 1946 (34 poèmes inédits)
Abrupta Nubes, 1955 (cédule de Max Jacob, préface de Pierre Mac Orlan)
Statures lyriques, 1955
Oddiaphanies, 1956 (préface de Jean Cocteau)

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Si vous souhaitez adresser quelques carottes au LL ou au contraire, lui donner un coup de bâton sur le râble, ce formulaire vous est dans les deux cas destiné :