La symbolique, pas plus que les croyances populaires, ne font de différence entre le lièvre et le lapin. Pour certaines civilisations anciennes, le lièvre était un « animal de la lune » car les taches sombres que l’on peut voir sur le disque lunaire ressemblent à un lièvre en pleine course.

Encyclopédie des symboles

(sous la direction de Michel Cazenave, La Pochothèque,1996)


auteur-éditeur : www.remy-leboissetier.fr

mardi 20 mars 2012

L’Homme de verre [Pl. 1]

Œuvre graphique à mi-chemin entre la BD et le livre d’images, L’Homme de verre est né d’un texte de Marc Simon écrit en septembre 1980, intitulé Les transparentes tribulations de Chris Tââl, homme de verre. Ce texte connut une première adaptation constituant le N°17 des Cahiers du rigolisme, revue d’humour variable et trimestriel fondée conjointement par les auteurs eux-mêmes.

Du point de vue narratif, il s’agit d’une simple boucle, un voyage en forme d’aller-retour : l’homme de verre tombe des étoiles inopinément. Après sa vertigineuse dégringolade sur le sol terrestre, le transparent déambule dans un paysage de montagnes, entre bois et forêts, écoute le « doux chant des grillons », serre la main d’un ami ver luisant ; il rit, cesse de rire, marche, trébuche, tombe, se relève, marche à nouveau – "des oiseaux passent dans son dos" - il dort, rêve, se réveille, se rendort… La nuit fait place au jour, le soleil à la lune et l’argent à l’or. Il se saoule de lumière, étincelle, avale le soleil comme un bonbon jaune. "Sa mâchoire éclate en une poussière d’or". Puis revient la nuit. L’homme de verre reprend sa déambulation, rit, cesse de rire, marche, trébuche, tombe, se relève, marche de plus belle – "ses rêves désaltèrent la gorge des hiboux" - il dort, rêve, se réveille, se rendort…Avant de rejoindre les étoiles. Un conte à dormir debout, pour enfants de tous âges.

Peu après cette publication, Rémy Leboissetier (aka LL) aborde le dessin d’animation, domaine d’activité qui occupera plus de vingt années de sa vie professionnelle. Ayant acquis au cours de cette période une meilleure maîtrise des volumes, de l’espace et du rythme, il porte un regard un peu attristé sur l’édition de ce conte, retravaille les dessins estimés maladroits, les peaufine à ses moments gagnés sur l’industrie cinématographique, réadapte le texte original... Mais entre deux contrats de production, la passion de l’écriture prend invariablement le dessus et les ébauches du nouveau projet sont abandonnés puis rangés dans les cartons. Mais un jour on se dit qu’il faut nécessairement secouer l’Endymion qui dort en nous d’un bienheureux sommeil éternel et tenter d’y apporter une clause de résiliation (vous remarquerez que votre lièvre précieux se répète en toute connaissance de cause). Sans cesser de rêver, il convient toutefois de reprendre le crayon, de sentir sous ses doigts l'odeur de graphite et de l'encre. Et puisqu’il faut bien un prétexte, fût-il mince, le support de ce blog servira d’état de veille : d’une planche à l’autre, d’une esquisse à sa mise au propre, il apportera témoignage de la nouvelle galerie de l’évolution de L’homme de verre. En voici l’image d’ouverture.


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Si vous souhaitez adresser quelques carottes au LL ou au contraire, lui donner un coup de bâton sur le râble, ce formulaire vous est dans les deux cas destiné :